Sélectionner une page

Nos partenaires

ADEME

L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie

ADEME

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) est l’opérateur de l’État pour accompagner la transition écologique et énergétique. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de l’Enviro nnement, de l’Energie et de la Mer, et du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l’ADEME met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d’expertise et de conseil. Elle accompagne la Polynésie française et la DRM sur le plan de gestion des déchets perlicoles.

CRIOBE

Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement

CRIOBE

Créé en 1971, le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE) est un laboratoire français spécialisé dans l’étude écosystèmes coralliens implanté à Perpignan et sur l’île de Moorea (Polynésie française). Intégré en 2013 au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), il associe des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des personnels administratifs et techniques appartenant au CNRS, à l’Ecole Technique aux Hautes Etudes (EPHE) et l’Université de Perpignan (UPVD). Depuis 2010, il pilote le Laboratoire d’Excellence CORAIL (LABEX) qui rassemble 9 institutions et 4 universités d’outre-mer. Ses activités s’exercent à travers de multiples disciplines et trois grandes thématiques : du gène à la molécule, une approche intégrative pour l’étude des récifs coralliens. La Biologie des populations, écologie chimique et les interactions au sein des écosystèmes et fonctionnement et enfin la gouvernance des socio-écosystèmes.

DIREN

Direction de l'environnement de la Polynésie Française

DIREN

La Direction de l’environnement est le service chargé d’assurer la préservation et la valorisation des milieux et des ressources naturelles. A ce titre, il assure auprès de la filière perlicole la surveillance et la protection des milieux physiques, met en œuvre la politique de prévention, de réduction ou de suppression des pollutions et des nuisances liées à cette activité. La DIREN développe les recherches et les études nécessaires à une meilleure prise en compte de l’environnement et du développement durable, assure la promotion du management environnemental dans le secteur privé, élabore et met en œuvre la réglementation en matière d’environnement.

DRM

Direction des Ressources Marines

DRM

Service public placé sous la tutelle du Vice-Président, Ministre de l’Économie et des Finances, en charge des grands travaux et de l’économie bleue (VP), la Direction des Ressources Marines (DRM) dispose d’une compétence générale dans les secteurs de la perliculture, la pêche, l’aquaculture. Cette compétence s’exerce plus précisément dans les domaines de l’exploration, de l’exploitation et de la valorisation des ressources biologiques marines. Dans le cadre de la filière perlicole polynésienne, la DRM organise et coordonne la politique gouvernementale en vue d’améliorer la rentabilité des exploitations, de pérenniser et sécuriser la production de la perliculture. Quelques exemples de travaux : plan de gestion et de valorisation des déchets et remplacement du plastique par des biomatériaux (collecteurs).

IEOM

Institut d'émission d'Outre-Mer

IEOM

L’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) assure le rôle de banque centrale dans les collectivités ayant pour monnaie le franc Pacifique : Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna. L’IEOM a été créé en 1966 sous la forme d’un établissement public pour exercer le privilège de l’émission monétaire. Ses trois grandes missions sont la stratégie monétaire, la stabilité financière et les services à l’économie, en faveur du développement économique de ses territoires d’intervention.

IFREMER

Unité de Recherche RMPF filières marines en Polynésie Française

Ifremer

Le Centre Ifremer du Pacifique a pour mission de développer des recherches en appui au développement durable des filières marines et aquaculture en Polynésie française. Au-delà de cette approche appliquée par filière, l’unité développe ses recherches dans un cadre plus écosystémique visant à une meilleure compréhension des systèmes lagonaires exploités, en y intégrant les aspects environnementaux tant pour une meilleure connaissance de la physiologie des animaux et des processus naturels que pour la prise en compte des impacts anthropiques aux différentes échelles. L’activité de l’Ifremer en Polynésie française fait l’objet d’un accord-cadre Ifremer-Polynésie française renouvelé pour la période 2016-2021.

IRD

Institut de Recherche pour le Développement

IRD

L’institut de Recherche pour le Développement issu de l’ancien ORSTOM est présent en Polynésie depuis 1964. Cet Institut joue un rôle important dans le développement de la recherche en Polynésie française à travers le Centre Polynésien de Recherche et de valorisation de la Biodiversité Insulaire (CPRBI), campus qui fédère les activités de recherche de trois institutions : l’Université de la Polynésie française, l’Institut Louis Malardé et l’IRD autour des grands enjeux liés à la biodiversité et à l’utilisation durable des ressources naturelles. En 2017, les personnels scientifiques de l’institut ont intégré et rejoint les équipes de l’UMR 241 EIO dont l’IRD est partenaire, dans les locaux de l’unité à l’Université de Polynésie française.

ISPF

Institut de la statistique de la Polynésie Française

ISPF

Les compétences et champs d’action de l’Institut de la Statistique de la Polynésie française (ISPF) sont identiques à celles dévolues à un organisme national de statistiques : collecte par voie d’enquêtes, administration de répertoires, traitement, analyse et diffusion de l’information à caractère économique et social, coordination du système statistique public. L’ISPF est placé sous la tutelle du Ministre de l’Economie du gouvernement de la Polynésie française.

RESCCUE

Restauration des services écosystémiques et adaptation au changement climatique

RESCCUE

RESCCUE (restauration des services écosystémiques et adaptation au changement climatique) est un projet régional mise en œuvre dans quatre États et Territoires : Fidji, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, et Polynésie française de 2014 à 2019. La maîtrise d’ouvrage de ce projet régional en Polynésie française est conjointement assurée par la Communauté du Pacifique (CPS) et le Ministère en charge de l’environnement (MCE) avec pour objectif de renforcer la résilience des écosystèmes et des sociétés des États et Territoires insulaires océaniens face aux effets du changement climatique. Mis en œuvre par l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et financé par l’Agence française de développement (AFD) et le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), ce projet a permis de limiter les impacts des activités anthropiques sur les écosystèmes qui subissent déjà les effets du changement climatique. Le projet a par exemple permis de proposer des solutions de valorisation des matériaux usagés et déchets issus de la perliculture dans une démarche d’économie circulaire prometteuse.

TPAFP

Association Tahitian Pearl Association of French Polynesia

TPAFP

L’association Tahitian Pearl Association of French Polynesia (TPAFP) est une association régie par la loi 1901 et regroupe les principales organisations professionnelles de producteurs et négociants Polynésiens. L’association a pour mission de mettre en œuvre un programme d’action de promotion en cohérence avec les orientations de politique publique. Egalement elle émet un avis et conseille dans l’organisation et la régulation du marché des perles de culture produites en Polynésie française, tant au niveau de la production que de la commercialisation.
L’association contribue à la sensibilisation, la promotion et protection de ce produit unique polynésien, elle a contribué à l’élaboration de la Loi de pays 2017-16 du 18 juillet 2017 qui réorganise toutes les étapes de la filière perlicole (production, commercialisation…). Elle a entamé avec l’ensemble des acteurs et partenaires un travail de réflexion sur la labellisation de la Perle de Culture de Tahiti afin de la protéger et la valoriser sur le marché local et international.

UPF

Université de la Polynésie Française

UPF

Créée en 1987, l’Université de la Polynésie française est intégré depuis 2012 dans l’Unité Mixte de Recherche Ecosystèmes Insulaires Océaniens (UMR-EIO) qui réunit des organismes dépendant et du Pays (Institut Louis Malardé) et de l’État (Ifremer, IRD). L’UMR-EIO est centrée sur l’analyse des interactions entre l’homme et son environnement dans les écosystèmes insulaires océaniens. D’un point de vue appliqué, les travaux de l’UMR visent à intervenir directement en soutien à la politique de gestion des EIO dans le Pacifique Sud et en particulier en appui au développement de la Polynésie française. Les recherches visent à comprendre le fonctionnement des écosystèmes insulaires océaniens exploités et caractériser leur évolution, notamment dans le contexte du changement global. Les recherches visent également à identifier des substances naturelles d’intérêt et des axes de valorisation des ressources naturelles dans une perspective de soutien au développement durable de la Polynésie avec un axe majeur au profit de la perliculture polynésienne.