Sélectionner une page

La pintadine n’est pas une huître

Biologie – La pintadine n’est pas une huître

On compte plus de 1500 mollusques différents pour l’ensemble des îles polynésiennes. Chacun trouve sa profondeur, sa nourriture, un support à son byssus, selon ses besoins. La Pinctada margaritifera, variante cumingi est un de ces bivalves. Mais attention, elle n’est pas une huître. Elle ne partage qu’un début de parenté avec les huîtres. Et si, à partir du 19e siècle, les Européens exploitant les bancs nacriers de Polynésie ont pris l’habitude de l’appeler huître ou nacre, elle n’en a pour autant pas changé de genre, espèce, ni famille. Résumons.

La Pinctada Margaritifera variante cumingi appartient, comme l’huître, au groupe animal des mollusques (du latin mollis, mou), animaux invertébrés étudiés par une science que l’on nomme malacologie. Il y a 8 classes de mollusques reconnus (céphalopodes, gastéropodes…), dont les bivalves (ou lamellibranches). Les bivalves sont des mollusques dont la coquille est constituée de deux parties distinctes et attachées, plus ou moins symétriques, pouvant s’ouvrir et se refermer. Cette classe comprend environ 30 000 espèces, notamment les moules, les palourdes, et les huîtres. Ces bivalves sont tous exclusivement aquatiques, et on les trouve aussi bien dans l’eau douce que dans l’eau salée : la pinctada en fait partie. Voici son « arbre taxonomique ».

Règne : Animalia – animaux

Phylum : Mollusca – mollusques

Classe : Bivalvia – bivalves

Sous-classe : Pteriomorphia

Ordre : Pterioida

Famille : Pteriidae

Genre : Pinctada

Espèce : Pinctada margaritifera

Variante : cumingi

Système d’Information Taxonomique Intégré (ITIS, Amérique du nord) (source : Turgeon, D. D., J. F. Quinn, Jr., A. E. Bogan, E. V. Coan, F. G. Hochberg, W. G. Lyons, et al. Common and scientific names of aquatic invertebrates from the United States and Canada: Mollusks, 2nd ed.. American Fisheries Society Special Publication 26. Maryland, 1998).

Or, la famille de l’huître est Ostreidae (qui a donné ostréiculture), pas pteriidae.

Appeler « huître » notre pintadine est donc aussi impropre que d’appeler mulet un cheval.

Partager cet article :