Sélectionner une page

ISPF

L’ISPF, un jeune établissement public territorial

Chaque année, les publications de la collection « Points Forts Bilans » font la synthèse économique et sociale de l’année écoulée selon un thème donné : indice des prix, commerce extérieur, emploi, BTP, tourisme, démographie, entreprises…

ISPFL’Institut de la Statistique de la Polynésie française (ISPF) est l’organisme territorial de statistiques. Ses missions sont :

  • de collecter et produire des données,
  • d’administrer des répertoires,
  • de coordonner le système statistique public,
  • de traiter, analyser et diffuser l’information à caractère économique et social.

L’ISPF réalise des statistiques dans différents domaines tel que le tourisme, le BTP, le commerce extérieur, la perliculture…

Site internet ISPF

L’ISPF retraite les données fournies par les services douaniers pour en tirer des indicateurs d’échanges de marchandises avec les autres pays. La statistique du commerce extérieur donne la représentation du trafic transfrontalier des marchandises. Elle permet d’analyser les flux de marchandises, en importations comme en exportations. On entend par marchandises, tous les biens qui contribuent à accroître ou à diminuer le stock des ressources matérielles du pays.

Bilan de la perle en 2016 : « Le secteur de la perle se renforce »

En 2016, la surface exploitée progresse légèrement et le nombre de producteurs d’huîtres perlières et de perles de culture brutes augmente.

Le chiffre d’affaires déclaré dans l’activité perlicole progresse de 7 % par rapport à 2015 et se situe au-dessus de la moyenne des cinq dernières années.

En revanche, les recettes issues des exportations diminuent pour la deuxième année consécutive en lien avec une forte baisse des volumes. Le prix moyen au gramme de la perle de culture brute progresse de 4 % à 613 F.CFP

Bilan de la perle en 2015 : « Les volumes exportés diminuent »

L’année 2015 s’achève sur des résultats en baisse pour la perliculture, dont les exportations diminuent, après deux années consécutives de hausse.
Leur part dans le total des exportations locales retombe à 62 % (contre 69 % en 2014). Le prix moyen de la perle de culture brute perd 20 F.CFP à 1 010 F.CFP (- 2 %).

En 2015, le nombre de concessions a augmenté de 5 % tandis que la surface lagonaire totale utilisée revient au niveau de 2013 à 7 600 hectares (- 8 %). Le nombre de producteurs d’huîtres perlières augmente tandis que le nombre de producteurs de perles de culture diminue.

Bilan de la perle en 2014 : « La perliculture en 2014 : les volumes exportés à nouveau en hausse »

En 2014, les recettes à l’exportation des produits perliers progressent pour la deuxième année consécutive (+ 12 %).
Leur part dans le total des exportations locales représente 69 % (contre 66 % en 2013).
Les volumes exportés progressent de 6 % après trois années de baisse.
Le prix moyen de la perle augmente à 1 030 F.CFP (+ 1,5 %).
De plus, les surfaces lagonaires utilisées pour la perliculture augmentent à 8 300 hectares (+ 8,5 %).